Le guide de votre bien-être à domicile

Déshumidificateur

Actualités

La maison connectée pour réduire les dépenses en chauffage

EDF, Google, Facebook… tous se lancent dans le Smart Home ! En matière de chauffage, on retiendra la station Sowee, nouvellement proposée par EDF, qui est directement reliée à votre compteur pour ne payer que ce que vous dépensez réellement. Ce système global permet de réguler la température de votre logement, de programmer vos plages de chauffage, de prioriser le budget ou le confort mais également d’analyser la qualité de l’air pour prévenir d’éventuels problèmes.

Les thermostats connectés : plus de 30% de réduction sur votre facture de chauffage
Si vous ne souhaitez pas faire de gros travaux de rénovation en changeant de chaudière ou en investissant dans des équipements domotiques complets, le thermostat connecté est un bon outil pour vous aider à maîtriser vos dépenses énergétiques dans la maison. De nombreux modèles se disputent le marché, oscillant entre 80 et 300 euros et s’adaptant à presque tous les types de chauffage. Faciles à installer, ils permettent de programmer à distance, depuis votre smartphone, le chauffage de la maison… mais pas que !

Les outils d’analyse : clé de voûte pour réduire sa consommation et économiser
En plus de leurs fonctionnalités techniques, l’installation de ce type de thermostat vous permettra d’avoir un retour clair et chiffré sur votre consommation, et ainsi de diminuer vos dépenses. Grâce aux applications liées au thermostat, vous accéderez à vos statistiques de chauffage : une véritable mine d’or pour comprendre et adapter vos usages.

Une nouvelle chaudière ? Pensez aux modèles connectés
Si vous souhaitez renouveler votre équipement ou que vous construisez une maison neuve, sachez que les chaudières connectées sont désormais disponibles sur le marché. La marque française Chaffoteaux révolutionne ainsi le marché avec Chaffolink, un système qui permet, outre le pilotage à distance, de vous avertir en cas de panne, de suivre le planning d’entretien, d’anticiper les dysfonctionnements et même de faire intervenir à distance un technicien sur les paramètres de votre chaudière. Une bonne façon de miser sur le durable, en termes de consommation comme de longévité de votre équipement.

Combattre l’humidité dans la maison : 8 astuces qui marchent

Pour éviter d’avoir recours à une solution trop onéreuse, voici quelques gestes préventifs simples à mettre en place pour éviter que votre maison ne devienne trop humide.

Ventilez
L’air extérieur est plus sec que celui d’une maison. En le faisant circuler, vous chassez le surplus d’humidité. Ouvrir les fenêtres 10 minutes par jour suffit généralement à empêcher le développement des champignons et autres symptômes avant-coureurs d’un environnement humide. Les pièces d’eau sont les premières concernées.

Evitez de faire sécher le linge dans les pièces à vivre
En s’évaporant, l’eau qui était contenue dans les fibres du linge se retrouve dans l’air ambiant et finit par se déposer sur les murs et le plafond.

Si ces gestes ne suffisent pas à endiguer la menace de l’humidité, ayez recours à des solutions plus offensives !

Les absorbeurs chimiques d’humidité
Leurs cristaux hydrophiles absorbent l’humidité contenue dans l’air. En se déposant sur les cristaux, l’humidité devient liquide. Vous n’avez plus ensuite qu’à vider le bac de son eau. Le rendement moyen d’un absorbeur chimique : deux litres d’eau par semaine. Pour que cette solution soit véritablement efficace, disposez un absorbeur par pièce.

Les absorbeurs électriques d’humidité
La machine aspire l’air contenu dans la pièce puis le refroidit pour le liquéfier. Une fois l’eau extraite, l’air est réchauffé puis évacué. Ces machines sont efficaces mais gourmandes en électricité.

Les assécheurs de murs
Placez-les aux pieds de vos murs. Ils utilisent des signaux électriques pour inverser le processus d'absorption de l'eau dans les murs.

L’installation de double vitrage
De nouvelles huisseries vous permettront de maintenir plus facilement une température élevée à l’intérieur de la maison, limitant ainsi la condensation.

La pose d’une VMC
La Ventilation Mécanique Contrôlée est probablement le moyen le plus efficace de chasser durablement l’humidité. Son principe est simple : la VMC aspire de l’air dans les pièces humides de la maison et le rejette vers l’extérieur.

La VMC simple flux : l’air extérieur rentre dans la maison par les pièces principales, passe par les pièces humides puis est aspiré par le bloc ventilateur qui le rejette à l’extérieur. Il existe deux VMC simple flux : celle à débit constant et le modèle hydroréglable qui adapte son débit d’air en fonction des variations du taux d’humidité.

Et la VMC double flux : idéale pour les pièces qui ne peuvent pas être ventilées autrement, cette machine communique la chaleur du flux d’air rejeté au flux d’air entrant. De cette façon, la différence de température entre l’air entrant et l’air sortant et moindre. Cette différence de température se traduit par une réduction des frais de chauffage. Pour que son fonctionnement soit optimal, elle nécessite d’être installée dans un intérieur bien isolé.

Reconnaitre et éliminer l’humidité dans la maison

Le moyen le plus fiable est d’utiliser un hygromètre. D’une manière plus empirique, les éléments suivants peuvent vous indiquer que votre logement est trop humide :
• odeur de moisi,
• matériaux ou équipements humides (papier peint, literie, vêtements…),
• taches de moisissures sur la surface intérieur des murs donnant sur l’extérieur, sur les tapis, les rebords des fenêtres,
• papier peint qui se décolle…
Il est possible de diminuer le taux d’humidité de votre logement en :
• couvrant vos ustensiles de cuisson quand vous cuisinez, ce qui vous permettra aussi de réaliser des économies d’énergie,
• écartant les meubles des murs afin d’éviter que l’air ne stagne ce qui favoriserait la prolifération des moisissures,
• évitant d’installer un nombre trop important de plantes vertes,
• aérant le matin et le soir ainsi que pendant et après les activités domestiques (ménage)
• évitant de faire sécher le linge à l’intérieur
• en conservant la porte de la salle de bain et de la cuisine fermée. Cela permet de contenir l’humidité et d’éviter qu’elle ne se répande. Mais pensez à aérer pendant le repas et après vous être douchée.
• nettoyant les dispositifs d’aération naturelle ou mécanique
• adoptant une température adéquate dans les pièces, 19 °C dans le salon et 17°C dans les chambres.
Si ces solution ne suffisent pas, le mal est peut-être plus profond (infiltration, remontées capillaires, isolation, ponts thermiques), il est important de traiter ces points si vous ne souhaitez pas que votre habitat et la santé de ses occupants se dégradent.

Comment bien nettoyer son déshumidificateur ?

Les déshumidificateurs assèchent l'air de votre maison et, par conséquent, limitent la formation de moisissures et la prolifération de micro-organismes : des qualités non négligeables! Encore faut-il les entretenir régulièrement pour un fonctionnement optimal et durable. Le nettoyage d'un déshumidificateur est facile.
• Un chiffon humide suffira pour épousseter régulièrement le boîtier.
• Nettoyez la grille frontale et les serpentins logés sous cette grille en passant l'aspirateur muni de son embout brosse. Une fois par mois – ou plus si l'appareil fonctionne beaucoup –, frottez le bac de récupération et l'intérieur du réservoir à eau avec une éponge ou un chiffon et du liquide à vaisselle doux : cela préviendra l'apparition de rouille ou de moisissures.
• Une fois au moins par saison, retirez la poussière et les peluches des serpentins, à l'intérieur, à l'aide d'une brosse douce.
• La plupart des déshumidificateurs possèdent un filtre dans la zone de la grille frontale. Remplacez-le ou nettoyez-le au moins une fois par saison.

Humidité en hiver : l’importance de l’hygromètre

Pour mesurer le taux d’humidité relative dans une maison, il existe sur le marché divers modèles d’hygromètres mais la précision diffère toujours selon le choix du type d’appareil. Pour un maximum d’exactitude, il vaut mieux faire confiance aux instruments scientifiques proposés chez les commerçants spécialisés comme ITM Instruments ou Geneq qui effectuent un étalonnement une fois par an.

L’avis des professionnels

En tant que conseiller énergétique chez Legault-Dubois, Pascal Cabana préfère oublier la précision du taux d’humidité réel et miser sur l’observation pour délimiter le taux indispensable pour éviter la condensation. Pour Alec Darghazarian du service-conseil La Ruche, il est important de marquer des habitudes d’observation des indices d’humidité dans la maison car les taux changent lors du séchage de la lessive ou lors de la cuisine. Ainsi, il suffit de ventiler pour ne pas dépasser les 45% d'humidité, éviter la condensation et les moisissures et limiter la prolifération des acariens. Pour des mesures plus radicales, il vaut mieux investir dans un déshumidificateur performant comme l’absorbeur chimique ou le compresseur électrique.

Aérer pour lutter contre les frissons

Pour Lisa-Marie Hein du service d'efficacité énergétique d’Option consommateurs, les hygromètres sont toujours imprécis et dans les cas où votre thermostat indique 21°C alors que vous frissonnez de partout, il vaut mieux tenter de baisser le taux d’humidité au lieu d’augmenter le chauffage. Enfin, pour ceux qui veulent toujours miser sur leur hygromètre, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) conseille l’utilisation de sel de table, d’eau du robinet et de sac à congélation pour un étalonnage réussi : après 8 à 12 heures, le taux d'humidité relative de l'air est de 75% dans un sac hermétique contenant de l'eau saturée de sel.